Article d'opinion : Le milliard de cohésion Lena Lio

AccueilArticles → Milliard de cohésion Milliard de cohésion

Milliard de cohésion - Un aveu tardif

Autodétermination

Le Conseil fédéral prétend exercer une pression sur l’Union européenne (UE), en rechignant à verser le prochain « milliard de cohésion. » Et le Conseil national lui emboite le pas en posant des conditions impératives au versement de ce montant.

Celui-ci, destiné à soutenir des projets de développement dans les pays les moins avancés de l’UE, nous a toujours été vendu comme étant bénéfique pour notre pays. Ainsi, lors du premier versement, Doris Leuthard déclarait : « De bons projets représentent la meilleure publicité pour notre pays et notre économie. Ils peuvent aussi faire naître de nouvelles relations d'affaires pour les entreprises suisses. » Et Micheline Calmy-Rey d’en rajouter une couche en affirmant que « cette coopération génère des retombées financières directes sous forme de commandes et de mandats attribués à l’économie privée. » Si c’était vrai, refuser un nouveau versement d’un milliard reviendrait donc à punir notre propre économie !

La réalité est que ces milliards exigés par l’UE s’apparentent à une extorsion de fonds, à laquelle la Confédération s’empresse de se plier, conformément à son habitude. Les tergiversations actuelles, qui entourent le versement de la prochaine tranche, sonnent comme un aveu tardif de soumission.

24 heures - Courrier des lecteurs (25 mars 2019)