Thème : agriculture, viticulture Lena Lio

Accueil → Agriculture, viticulture



Agriculture : élevage

14.06.2017 –  Quel animal peut ser­vir aussi bien à tes­ter les capa­ci­tés des cadres d'entre­prises, sen­si­bi­li­ser les enfants au monde ani­mal, trans­por­ter des char­ges et pro­duire de la laine, avant de finir en viande séchée et en sau­cis­ses ? Le lama, et son petit cousin l'alpaga.
Certains éleveurs ont déjà fran­chi le pas, au point par­fois de rem­pla­cer tou­tes leurs vaches par des lamas. Actuel­le­ment, 3500 lamas et 6000 alpa­gas sont éle­vés en Suisse et béné­fi­cient de paie­ments directs par UGB.
 

Agriculture : concentration

15.05.2017 –  En 2016, on a observé une concen­tra­tion mar­quée des exploi­ta­tions agri­coles, avec un seuil à 30 ha : les plus petites dis­pa­rais­sent au pro­fit de cel­les qui dépas­sent cette taille. Par rap­port à l'année pré­cé­dente, leur nom­bre total a passé de 53'163 à 52'263, dont 6348 pra­ti­quant la pro­duc­tion bio­lo­gi­que (104 de plus qu'en 2015).
Quant au nom­bre d'em­ployés dans l'agri­cul­ture, il a baissé de 1,3%, pour s'éta­blir à 153'400 per­son­nes, dont un tiers de femmes.
 

Agriculture : conservation

20.04.2017 –  En Afrique, 50% des produits récol­tés pour­ris­sent avant d'ar­ri­ver dans une assiette. Si on n'en est pas là en Suisse, la conser­va­tion reste un para­mè­tre cri­ti­que pour la ren­ta­bi­lité de l'agri­cul­ture.
À Saxon (VS), trois pro­duc­teurs ont investi dans le sys­tème d'une entre­prise de Mâcon (France) : pla­cer les fruits et les légumes dans des boî­tes où la tem­pé­ra­ture, l'humi­dité et la teneur en oxy­gène sont bien contrô­lées. Les pro­duits sont ainsi conser­vés jusqu'à plu­sieurs mois, sans dété­rio­ra­tion de la qua­lité.
 

Agriculture  glyphosate

02.04.2017 –  Même si la cancérogénicité de cet her­bi­cide n'est pas avé­rée, 1900 exploi­ta­tions ber­noi­ses (9500 ha) s'enga­gent, à titre expé­ri­men­tal, à ne plus l'uti­li­ser. Selon une étude fran­çaise, en tirant parti des carac­té­ris­ti­ques du sol et du cli­mat, il est pos­si­ble de réduire for­te­ment l'usage de pes­ti­ci­des sans perte de pro­duc­tion.
Dans le canton de Berne, le coût de l'expé­rience (62,7 millions CHF) sera prin­ci­pa­le­ment pris en charge par l'Office fédé­ral de l'agri­cul­ture. On éva­luera les résul­tats en 2022.
 

Agriculture  glyphosate

17.03.2017 –  Cet herbicide, utilisé avec par­ci­mo­nie par nos agri­cul­teurs, est classé par l'OMS comme « pro­ba­ble­ment can­cé­ro­gène pour l'hu­main. » Sou­vent mal com­prise, cette for­mule signi­fie qu'il est pro­ba­ble que l'ex­po­si­tion au gly­pho­sate aug­mente la pro­ba­bi­lité (de com­bien de % ?)de déve­lop­per un can­cer. Avec une pro­ba­bi­lité d'aug­men­ta­tion de la pro­ba­bi­lité (tou­tes deux non chif­frées), on est encore très loin d'un ris­que avéré !
Fort logi­que­ment, le Conseil natio­nal a refusé d'in­ter­dire le gly­pho­sate.
 

Agriculture et patrimoine

08.03.2017 –  Du temps de ses grands-pa­rents, la norme exi­geait 1,80 m2 par vache ; aujour­d'hui c'est 10 m2. Et l'éle­veur de 39 vaches a reçu plu­sieurs injonc­tions du Ser­vice vété­ri­naire ber­nois pour adap­ter son exploi­ta­tion. Las ! Les divers pro­jets de trans­for­ma­tion (près de 20'000 frs de frais) se sont tous heur­tés à l'oppo­si­tion du Patri­moine ber­nois.
On dit par­fois que tout ce qui n'est pas obli­ga­toire est inter­dit. Mais à Souboz, site d'impor­tance nationale, la mise aux nor­mes d'une exploi­ta­tion est à la fois obli­ga­toire et inter­dite.
 

Agriculture : lait

03.03.2017 –  Uniterre manifestaient hier à Berne. Pour pla­ni­fier sa pro­duc­tion, le pro­duc­teur de lait doit pou­voir comp­ter sur un contrat-type, conclu avec l'inter­pro­fes­sion du lait (IP-Lait). Et la Loi sur l'agriculture dit qu'un « contrat-type doit com­pren­dre une durée du contrat d'au moins une année », car « il n'est pas pos­sible de pro­gram­mer une vache » au jour le jour !
Les contrats-types d'un mois, pro­po­sés par l'IP-Lait sont donc clai­re­ment en contra­dic­tion avec la loi.
 

Agriculture : lait frais

01.03.2017 –  La vente directe de lait, de la vache au consom­ma­teur par le plus court che­min, c'est pos­si­ble ; mais mar­gi­nal. Pour­tant, « en vente directe, le litre rap­porte 50 cen­ti­mes de plus que lors­que nous le ven­dons à l’in­dus­trie » expli­que une éle­veuse de Romont, qui écoule 10% de sa pro­duc­tion en vente directe.
Précaution à prendre par le consom­ma­teur : chauf­fer bri­ève­ment le lait à 72°C (pas­teu­ri­sa­tion) et ensuite le conser­ver impé­ra­ti­ve­ment au frais.
 

Agriculture : betteraves

31.01.2017 –  Entre 2015 et 2016, les cantons de Vaud et de Fribourg ont accrus leurs sur­fa­ces dédiées à la bet­te­rave de 300 ha, pro­fi­tant des condi­tions de culture favo­ra­bles de la région. Dans le même temps, la Suisse orien­tale per­dait 203 pro­duc­teurs.
En 2016, la récolte a été particulièrement mau­vaise en Suisse, dû aux mau­vai­ses condi­tions météo­ro­lo­gi­ques. Sans un soutien fédé­ral de 1800 francs par hec­tare, bien des pro­duc­teurs seraient contraints à l'abandon.
 

Agriculture : diarrhée virale

20.01.2017 –  Cette maladie a touché 110 trou­peaux de vaches en Suisse en 2016, contre une qua­ran­taine seu­le­ment en 2015. Une aug­men­ta­tion inquié­tante, qui conduit à l'éli­mi­na­tion des bêtes conta­mi­nées et à la mise sous séques­tre du reste du trou­peau, avec à la clé d'impor­tantes pertes finan­ciè­res pour les éle­veurs.
L’Office fédéral des affaires vété­ri­naires estime toute­fois pos­sible d'éra­di­quer entiè­re­ment cette maladie, comme la Suède a déjà réussi à le faire.
 

Viticulture : Suzukii

12.01.2017 –  La station fédérale Agroscope a montré que 2 méthodes sont effi­ca­ces pour lut­ter contre les rava­ges que la mou­che Suzukii inflige à la vigne : le kaolin et les filets à mail­les fines (moins de 1,2 mm). Ces der­niers coû­tent cepen­dant trop cher pour une vigne entière.
L'application de kaolin, qui dissi­mule le rai­sin aux yeux de la mou­che, n'a aucun effet sur le goût du vin.
 

Viticulture : prix du vin

24.12.2016 –  Les Suisses dépensent en moyenne 641 francs de vin par année et par per­sonne. Un record mon­dial : deux fois plus que les Français, par exemple.
En cause : le nombre de bou­teil­les consom­mées (53), mais sur­tout leur prix, plus élevé que par­tout ailleurs.
 

Agriculture : lait

20.12.2016 –  L'Organisation mondiale du commerce interdit à la Confé­dé­ra­tion de sou­tenir l'uti­li­sa­tion de lait suisse dans la fabri­ca­tion de cho­co­lat. Cette démar­che est jugée contraire à la libre concur­rence.
Dès 2019, une solu­tion de rem­pla­ce­ment sera mise en œuvre par l'Inter­pro­fes­sion du Lait.
 

Viticulture : vins suisses

23.11.2016 –  L'Institute of Masters of Wines, basé à Londres, offre la plus pres­ti­gieuse for­ma­tion du monde, en matière de vins. Ce sont actu­el­le­ment 352 spé­cia­listes de 28 pays, donc 5 Suisses, qui ont obtenu un diplôme de cette insti­tu­tion.
Jusqu'à présent les vins suisses étaient pré­sentés dans la caté­gorie des Vins de divers pays. Grâce aux efforts de l'asso­cia­tion Swiss Wines Promotion, ils feront doré­na­vant l'objet d'un cours spé­cia­le­ment consacré aux vins de notre pays.
 

Viticulture : vins vaudois

27.10.2016 –  « Le vin que nous buvons dans le canton de Vaud est un maillon fort de notre tissu social, éco­no­mique et cultu­rel. Par son carac­tère et sa finesse, il est aussi un sym­bole de l'esprit de liberté et de la joie de vivre propres au pays de Vaud. » Telle est la pré­sen­ta­tion flat­teuse et méri­tée que font, des vins vau­dois, les orga­ni­sa­teurs de la Basler Weinmesse.
Cette foire du vin se tiendra à Bâle du 20 octobre au 6 novem­bre 2016, avec 120 expo­sants et 30'000 visi­teurs attendus.
 

Viticulture : Lavaux... enfin !

30.09.2016 –  Après bien des atermoie­ments, le Conseil d’État a fina­le­ment décidé de rem­plir ses obli­ga­tions à l’égard de l’Asso­cia­tion Lavaux Patri­moine mon­dial. Le Service can­tonal de l’agri­cul­ture et de la viti­cul­ture lui alloue en effet une enve­loppe de 400'000 francs sur cinq ans, renou­ve­lable.
Rappelons qu’un site inscrit au patri­moine mon­dial ne se résume pas à une curio­sité tou­ris­tique. C'est un bien consi­déré comme pré­cieux pour l'huma­nité. L'État sur le terri­toire duquel il se trouve est tenu de tout faire pour en assurer la pré­ser­va­tion.
 

Viticulture : Lavaux

17.09.2016 –  Le célèbre magazine améri­cain Forbes publie un article dithy­ram­bique sur le vignoble de Lavaux. La jour­na­liste Katie Kelly Bell affir­me y avoir trouvé de très loin le plus beau domaine viti­cole de tous ceux qu'elle a visités dans le monde entier.
Son admi­ra­tion pour le site de Lavaux paraît plus sin­cère que celle du Conseil d'État vau­dois qui, à l'occa­sion de son mes­sage pour le Lundi du Jeûne, se fait photo­gra­phier in corpore au milieu du vignoble, tout en per­sis­tant à reti­rer son sou­tien finan­cier à l'asso­cia­tion Lavaux Patrimoine mondial, comme la charte de l'UNESCO l'exige pour­tant.

   L'article original de Forbes